mercredi 20 juillet 2016

Jonathan Evison - Les Fondamentaux de l'aide à la personne revus et corrigés

Éditeur : Monsieur Toussaint Louverture - Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Marie-Odile Fortier-Masek - Date de parution : Avril 2016 - 351 pages entre humour mordant et sensibilité. 

A quarante ans, Benjamin Benjamin en plein divorce a tout perdu. En matière de drame,  il a donné et la souffrance est toujours là. Sans emploi et sans un sou, il suit une formation rapide d’aide à la personne. Il commence un emploi auprès de Trev un adolescent atteint d’une maladie dégénérative qui le cloue dans son fauteuil roulant et le rend très dépendant.

Avec de tels thèmes, on pourrait croire que ce roman va déborder de pathos et de bons sentiments. Et bien non. Elevé par sa mère depuis sa naissance car son père a pris la poudre d’escampette, les journées de Trev commencent par le choix de la paire de basket qu’il va porter. Comme tous les ados, Il aime les jeux vidéos, regarder la télé et surtout les présentatrices de météo pour leur physique et imaginer des histoires d’amour torrides. Si Ben au départ tâtonne, très vite il noue avec Trev une belle complicité. Au fil des pages, on apprend petit à petit le passé de Ben.
Et Ben dont le poids de la culpabilité est immense et Trev abandonné par son père ont un projet insolite. Prendre la route pour aller voir le père de Trev et visiter des lieux incongrus. Débute un road-trip en minibus avec des personnages cabossés eux-aussi "j'héberge une ado en fuite, une mère célibataire enceinte jusqu'aux yeux et un gosse dans le coeur pourrait lâcher à tout moment ".

Entre humour, dérision et répliques ironiques, la sensibilité est bien présente comme les blessures des personnages. Drôle et touchant, ce roman sur la figure du père, la rédemption plaira à ceux qui aiment les livres de Marie-Sabine Roger même si l'écriture de Jonathan Evison est un peu moins savoureuse. Alors oui j’ai vraiment aimé ! 

Et cela peut paraître triste, voir pathétique, ce spectacle d'un crétin de père au foyer, incapable de travailler, qui vit aux crochets de sa femme , qui se tient à cheval sur la deuxième base, sur ses mauvais genoux, comme s'il venait de gravir l'Everest. Mais ça ne l'est pas. Ce qui est triste, c'est de ne pas pouvoir revivre ces moments. Ce qui est pathétique, c'est qu'après tout ce temps, j'essaie encore.

D'autres avis sur Babelio

10 commentaires:

Dominique a dit…

j'ai vu un article tout à fait bon sur la revue lire

keisha a dit…

Il est dans ma PAL!!! Cela promet.

Le marque-page a dit…

C'est noté! A bientôt Clara!
Marie-Laure

Marie-Claude Rioux a dit…

Tu as aimé? Super! Moi aussi, j'ai passé un excellent moment en compagnie de ce roman.

celina a dit…

Ce roman me tente beaucoup et je me laisserais facilement embarquée !

Aifelle a dit…

Je m'aperçois qu'il est dans une de mes bibliothèques, chic !

Clara Et les mots a dit…

@ Dominique ; j'ai accès à la revue en ligne via ma biblio depuis peu. Je tenterai de retrouver l'article.

@ Keisha : yes!!!!

@ Le marque-pages : :))))

@ Marie-Claude : on y retrouve ce je j'aime !

@ Celina : oui!

@ Aifelle : bonne nouvelle !

Eva a dit…

J'ai vraiment hâte de le lire, les avis semblent unanimes :)

Clara Et les mots a dit…

@ Eva : oui !!!

cathulu a dit…

Abandon pour ma part. En fait, j'ai été agacée par la révélation toujours repoussée .

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...