vendredi 6 mai 2016

Anne Collongues - Ce qui nous sépare

Éditeur: Actes Sud - Date de parution : Mars 2016 - 176 pages et un premier roman à découvrir ! 

"C'est toujours un mystère, la vie des autres" et peut-être encore plus dans un wagon de RER. Un soir de février, ils sont plusieurs à monter dans ce wagon à Paris direction la banlieue. Encore un ou deux arrêts et ils sont sept.
Ils ne se connaissent pas, vont s'asseoir le temps du trajet face à face ou côte à côte. Chacun peut laisser son imaginaire "construire" l'autre d'après son apparence ou son visage ( "le fauteuil rend spectateur") . Certains se prêtent à ce jeu, Marie dans son manteau rouge essoufflée après avoir couru pour ne pas rater le RER et s'endort.
Regarder à travers la vitre et c'est paysage triste et gris mais quelquefois ce dernier fait place aux pensées intérieures : à la journée qui vient de de se passer ou à ce qui les attend ensuite. Personne ne se parle, juste des regards à la dérobée et chacun est perdu ou plutôt plongé dans ses propres pensées. Ils sont ensemble dans ce wagon mais seuls.

Le temps du trajet, Anne Collongues compose leurs vies et on les découvre petit à petit via leurs pensées intérieures.
Marie, Laura, Alain, Cigarette, Chérif, Liad, Franck tous ont un passé bien attendu. Et des attentes mais aussi des désillusions, des regrets et pour certains des espoirs. Durant ce transport et de façon introspective, certains prendront des décisions avec des impacts sur le futur, d'autres regarderont leur vies telles qu'elles sont et y introduiront le "et si".
Des voyageurs anonymes comme tant d'autres avec tout ce qui les séparent et la solitude malgré la présence des autres.

Avec finesse, Anne Collongues les rend uniques avec pudeur et bienveillance et on s'attache à chacun d'eux. Et quand le RER arrive à destination, on n'a qu'un seul regret celui de les quitter.
Un premier roman à la mélancolie douce (sans être pesante ou gluante) où l'on se retrouve par ricochets dans ces vies. Car ce qui nous sépare est ce qui nous unit tous autant que nous sommes. 

" Des déceptions, il y en a toujours, personne ne vit sans espoir même inconscient"

Les billets de Charlotte, Nicole G., Saxaoul

14 commentaires:

zazy a dit…

Si vous vous t mettez tous, comment veux-tu que je résiste !!! Allez, un de plus dans ma liste

krol a dit…

Et un article convaincant de plus sur ce livre !

Delphine Olympe a dit…

Moyen, on va dire...

Saxaoul a dit…

Tu en parles vraiment bien !

Nicole G a dit…

Ravie qu'il t'ait plu, c'est une des belles découvertes des "68" !

Clara Et les mots a dit…

@ Zazy ::))

@ Krol @ Delphine-Olympe : je ne regrette pas cette découverte

@ Saxaoul : merci...

@ Nicole G : je vous laisse "débroussailler" et ensuite je choisis :). Pas mal ma comme méthode; non?

cathulu a dit…

n thème tentant et vu ce que tu en dis, allez, noté ! :)

Aifelle a dit…

Je fais un break côté LAL, elle n'en peut plus et celui-ci ne me paraît pas indispensable.

Clara Et les mots a dit…

@ Cathulu : :)))

@ Aifelle : comme tu veux.

celina a dit…

Il a l'air bien ce roman ! Moi qui aime bien regarder les gens dans les transports en commun et me raconter des histoires le temps d'un trajet...chouette !

tant qu'il y aura des livres a dit…

Et un de plus sur ma liste !

Clara Et les mots a dit…

@ Celina : je crois que nous sommes nombreux dans les transports en commun à échafauder des vies à ceux que l'on croise.

@Tant qu'il y aura des livres ::))) Bien !

antigone a dit…

Normalement, je devrais le lire (puisque je fais partie des 68), donc je passe vite sur ton billet... ;)

Clara Et les mots a dit…

@ Antigone : dans ce cas,oui, il ne faut pas lire mon billet!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...