lundi 25 mai 2015

Anthony Doerr - Toute la lumière que nous ne pouvons voir

Éditeur : Albin Michel - Traduit de l'américain par Valérie Molfroy - Date Parution : Mai 2015 - 610 pages et point de coup de cœur...

Août 1944, des tracts tombent du ciel au-dessus de Saint-Malo " Message urgent aux habitants de la ville. Dispersez-vous dans la campagne". La ville aux mains des allemands vit aux sons des bombes lâchées par les bombardiers américains. Marie-Laure jeune fille aveugle de seize se terre dans la maison de son grand-oncle Etienne. Pas très loin, le soldat Werner Pfennig est bloqué sous des débris en compagnie d'un autre soldat. Depuis plusieurs jours, Marie-Laure se cache dans le double-fond d'une armoire car un allemand s'est introduit dans la maison. Elle pense à son père qui  été arrêté. Werner dont la mission est de trouver les émetteurs-récepteurs ennemis tente d'entendre un signal sur sa radio.

Voilà le point de départ de ce roman et ensuite l'auteur nous projette dix plus tôt. 1934, Marie-Laure est devenue aveugle. Son père serrurier au Muséum d'Histoire Naturelle lui fabrique une maquette du quartier car elle doit pouvoir malgré son handicap se repérer dans une rue. Werner et sa petite soeur Jutta sont orphelins. Le destin de Werner est déjà tout tracé : à quinze ans, il devra aller travailler à la mine comme son père. Mais Werner est passionné et doué pour les transmissions. Son don le fera remarquer et il intègrera une école d'élites. En 1940, Marie-Laure et son père quitteront Paris pour se réfugier à Saint-Malo. Ce qui ne devait qu'être qu'une question de semaines se transformera en années.

Basé sur des flash-backs entre présent et passé judicieusement placés dans le récit, et avec une écriture aux phrases courtes et sans fioritures, il est difficile de ne pas être ferré par ce roman.  De plus, l'auteur distille des interrogations sur l'avenir de ses deux personnages que le contexte oppose.
Sans aucun doute, il s'agit d'un page-turner efficace (même si à force la répétition de la construction se fait sentir) mais j'en attendais plus.
Si j'ai été prise dans les mailles de l'histoire,  je suis un peu déçue (forcément). Car je n'ai pas vibré, je n'ai pas relu une phrase pour sa beauté, mes yeux n'ont pas abrité de poissons d'eau de bonheur malgré la luminosité qu'il dégage.

Quelques fois, plusieurs journées s'écoulent   après une première transmission avant de capter la suivante. Cela représente un problème à résoudre, quelque chose à méditer :  c'est mieux, assurément, que de combattre dans une tranchée glaciale et qui empeste, infectée de poux, comme en leur temps les vieux instructeurs qu'il avait à l'école, les rescapés de la Grande Guerre. C'est plus propre, plus mécanique, une guerre qui se livre dans les airs de façon invisible, et les lignes du front sont n'importe où. N'y a-t-il pas du plaisir dans cette chasse? 

Les billets de Jérôme (avec qui nous somme sur la même longueur d'ondes),Mimi a eu du plaisir à le lire, Miss Alfie pour qui c'est un coup de cœur.

32 commentaires:

cathulu a dit…

Un de moins sur ma liste, merci ! mais c'est dommage effectivement pour toi qui en attendais plus .

Clara a dit…

@ Cath : il comporte tous les éléments d'un bon roman mais voilà je n'ai pas eu l'impression d'avoir eu un livre " à part ( par sa puissance ou son écriture) entre les mains.

Jostein a dit…

J'avais très envie de lire ce livre. L'avis de Jérôme a calmé mon impatience. Tu confirmes son impression. Je vais tout de même aller voir ce qu'en dis Mimi et les aures lecteurs.

Clara a dit…

@ Jostein : oui,bien sûr !

Aifelle a dit…

A essayer quand même, si je le trouve en bibliothèque.

keisha a dit…

Mon instinct était bon, je sentais le bon gros pavé assez formaté (et je me méfie des américains et l'histoire de france)

Clara a dit…

@ Aifelle : il va être partout, je pense !

@ Keisha : "formaté" le terme convient en effet...

mimi a dit…

Je n'ai pas parlé de bonheur de lecture, mais de plaisir...nuance !
Un livre agréable de part sa construction, et l'histoire, mais comme je l'ai écrit sans grand style littéraire. Et en effet, je n'ai pas trouvé la beauté tant annoncée.

Clara a dit…

@ Mimi : oui et elle est taille , désolée (mea culpa), c'est rectifié ! Nous sommes d'accord sur ce que l'on n'a pas eu..

Dominique a dit…

un bon roman élégant et intéressant mais sur le fond assez décevant, l'histoire aurait pu être étincelante elle n'est que convenue, l'idée de départ est parfaite mais la réalisation se perd dans les méandres du temps
Prix pulitzer ? bof

Valérie a dit…

Bon, tu n'es visiblement pas la première déçue. Je vais voir quel effet il me fait.

krol a dit…

Si vous vous rejoignez avec Jérôme, je ne vais pas sauter dessus !

Une Comète a dit…

Zut alors... Plus envie du tout...

Lor rouge a dit…

Plus de 600 pages quand même... Bon, de toute façon tu ne m'as pas tenté cette fois, ouf ;0)

Irrégulière a dit…

Il est dans ma PAL... nous verrons bien !

sylire a dit…

Comme l'irrégulière... Mais 600 pages, si c'est pour être déçu, c'est bien dommage. Cela me refroidit.

Clara a dit…

@Dominique : tu l'as lu ?

Clara a dit…

@Krol @Une Comète : les critiques presse sont plus qu'élogieuses...

Clara a dit…

Valérie, L'or rouge, L'irrugulière, Sylire : je l'avais acheté au retour de l'Italie, enthousiasmée par tous les avis presse. Comme quoi, on peut être vacciné et commettre encore la même erreur

tant qu'il y aura des livres a dit…

A le voir partout j'imaginais une lecture efficace mais sans grand intérêt, ton avis reflète ce que je craignais.

zazy a dit…

Je crains qu'il ne soit formaté comme beaucoup trop de romans états-uniens !

Clara a dit…

@ Tant qu'il y aura des livres : oui, une écriture efficace mais les promesses ne sont pas atteintes..

@ Z azy : et oui !

Miss Alfie a dit…

En effet, nous ne sommes pas sur la même longueur d'ondes littéraires ! Moi je me suis laissée emporter par cette histoire, par le romanesque aussi de l'intrigue, par la construction qui me donnait envie encore et encore de poursuivre...

Alex Mot-à-Mots a dit…

Des ressentis très différents sur ce roman.

Kathel a dit…

Tous les avis que je lis (pas vu dans la presse encore) me confirme que ce n'est pas à noter comme indispensable. Ceux qui veulent un bon pavé peuvent se jeter (par exemple) sur "La mémoire est une chienne indocile" de Elliot Perlman, qui de plus est en poche !

Clara a dit…

@ Miss Alfie : tant mieux si tu l'as aimé !

@ Alex : oui, très variés.

@ kathel : "La mémoire est une chienne indocile" est un coup de coeur, un superbe roman à lire !

Jérôme a dit…

On est d'accord, oui, c'est très construit (trop) et du coup on tombe dans un certaine forme de facilité. Pour moi qui ai lu les nouvelles de Doerr, je sais qu'il peut faire bien mieux en terme d'écriture.

Hélène a dit…

Je me souviens d'avoir déjà été déçue par un de ses romans, du coup, je ne vais pas retenter...

Noukette a dit…

Je n'avais pas particulièrement envie de le lire, tant mieux du coup...!

zarline a dit…

Après le battage pour la version vo, je le vois partout depuis quelques semaines. J'ai hésité mais plus je lis d'avis, plus j'ai l'impression que c'est un peu plat et formaté. J'aurais pu copier le commentaire de Keisha: les américains et l'histoire français en plus, hum hum! Bref, je pense que je vais passer sur ce coup-là et choisir un autre pavé pour mes vacances.

Galéa sous les galets a dit…

Bon , moi j'ai quand même hyper envie de le lire, je dis comme chez Jérôme, je sais à quoi m'attendre mais je vais y aller quand même ;-)

Clara a dit…

@ Hélène : je n'avis pas accroché à ses nouvelles...

@ Noukette : donc ça tombe bien :)

@ Zarline : oui tu peux !

@ Galéa : il sait ferrer son lecteur, c'est indéniable !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...