vendredi 13 mars 2015

Hélène Lenoir -Tilleul



Editeur : Grasset - Date de parution : Mars 2015 - 190 pages à découvrir !

Sophie aura cédé. Au décès de leur mère, elle et son frère Gilles Harper  héritent de la propriété familiale. Elle veut vendre, lui non. Pourtant Sophie  a une fille et a arrêté ses études pour un job alimentaire. Mais Gilles imagine un lieu pour lui, pour sa sœur et sa nièce Carole. Depuis cinq ans, Sophie a aménagé avec son frère, Carole âgée de dix-sept ans a décidé il y a quelques mois de partir à l'internat. Sophie et Gilles ont vendu une partie du terrain à un couple avec enfants. Radin, un peu "simplet", manipulateur, possessif et plongé dans ses souvenirs, Gilles fait peur à sa sœur. 

Sophie presque quarantenaire entame une liaison avec le paysagiste qui a conçu le jardin tout autour d'un tilleul devenu encombrant aujourd'hui pour les voisins. Un tilleul qui fait partie du paysage depuis l'enfance de Sophie. Gilles sent que sa sœur lui échappe lentement comme si elle était sa propriété. Elle étouffe, épiée par ce frère qui ne cesse de réclamer le retour de Carole.
Hélène Lenoir nous plonge dans les pensées de chacun des personnages. Un huis clos où Sophie est partagée par une peur grandissante et l'affection qu'elle porte à son frère. Elle le connaît trop bien, lui et ses promesses non tenues, elle ne doit plus tomber dans ses comédies pour être la plus forte et partir. Construire une nouvelle vie avec sa fille. Et Gilles qui demande en boucle quand Carole revient pour un week-end, c'est soupçonneux avec son lot de questions inconcevables. Aurait-il un jour osé ?

Un roman où l'ambiance oscille entre le feutré, la paranoïa de Gilles et l'envie de vivre de Sophie. L'écriture d'Hélène Lenoir chuchote les pensées et l'auteure met à nu ses personnages avec une tension qui s'installe.
Plus que l'histoire, cette écriture inconnue jusqu'à présent m'a conquise. Par sa beauté simple en apparence qui semble aérienne et tend les fils de l'amour familial qui sous la pression peuvent se rompre... Une auteure à suivre !

Il se redressa, les yeux écarquillés, comm s'il venait de recevoir une tape dans le dos : Oh!...Une évidence. Une certitude. Conspiration, le summum, bredouillait-il en cherchant son souffles, le comble, le, en famille, c'est ... révoltant, honteux, ça dépasse, là, vraiment... le pompon ! Et je comprends tout, maintenant ! Mais vous ne perdez rien pour atteindre, mes petits salopes, je vous garantis que le bon Gilou dont vous piétinez à qui mieux, mieux, les rires méchants et les crachats, moi qui vous ai tout donné en vous sauvant du caniveau, gâtées-pourries, parce que la famille pour moi et maman, combien de fois elle me l'a fait jurer, ta sœur et la petite mon Gilles, promets-moi, la petite surtout, parole d'homme, d'homme d'honneur, maman m'a dit ça : tu es un homme...

14 commentaires:

Aifelle a dit…

D'elle, je n'ai lu que "son nom d'avant" et j'avais aimé. Alors pourquoi pas.

Onee-Chan (la bibli dOnee) a dit…

Bonjour Clara !
La citation me fait un peu penser certains passages de Belle du Seigneur, d'Albert Cohen, tu connais ?
Sinon le titre et l'histoire me tentent bien même si j'ai un peu peur de l'immobilisme...

Clara a dit…

@ Aifelle : je note ce titre !

@ Onee-Chan : Bonjour Onee, non je ne connais pas. J'ai apprécié cette lecture qui n'et spas si immobile que ça. Merci de ta venue!

Jostein a dit…

Pas vraiment tentée par l'intrigue. Reste l'intérêt pour moi d'un huis clos et d'une belle écriture à découvrir. Ce ne sera pas dans mes priorités.

Une Comete a dit…

Elle écrit sublimement bien. Et ses nouvelles sont excellentes, tu devrais les lire :)

Laeti a dit…

Pourquoi pas! La tension semble palpable. Et puis, le titre est très joli. Je ne connais pas cette auteure.

Delphine Olympe a dit…

Cela semble très oppressant. Pas vraiment envie de cela en ce moment...

antigone a dit…

Pas très tentée quand même... on verra.

Clara a dit…

@ Jostein : j'ai passé un bon moment et je suis contente d'avoir découvert cette auteure!

@ Une Comète ; tu as un ou des titre(s)?

@ Laeti : oui un joli titre!

@ Delphine : non pas trop oppressant.

@ Antigone : à toi de voir

zazy a dit…

Quelque chose m'attire dans ton commentaire, mais ce huis clos me fait un peu peur. Je verrai, si je le trouve au fil de mes lectures

Nadael a dit…

Ton billet me donne terriblement envie de découvrir Hélène Lenoir...

Clara a dit…

@ Zazy : je trouve dommage qu'on ne parle pas de cs livre...

@ Nadael : super!!!

Nelfe a dit…

Je viens de lire une chronique sur ce roman dans le magazine "LIRE" du mois d'avril. Ca m'a interpelée.
Je tombe maintenant sur ta critique et ça en rajoute une couche.
Allez hop, dans ma wish list !

Clara a dit…

@ Nelfe : enfin, on en parle !!!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...