samedi 28 février 2015

Valentina D'Urbano - Acquanera

Éditeur : Philippe Rey - Traduit de l'italien par Nathalie Bauer - Date de parution : Février 2015 - 346 pages et un avis mitigé...

Dix ans après son départ, Fortuna revient à son village natal Roccachiara dans le nord de l'Italie. Elle appris qu'on  a découvert un squelette et elle pense qu'il pourrait s'agir de  celui de de meilleure amie à l'époque. Mais retourner aux sources c'est également revoir Onda sa mère qui ne l'a jamais aimée ni désirée.

J'aime les romans qui mettent en scène des générations de femmes. Et quand il s'agit de femmes qui possèdent des dons comme ceux d'utiliser les herbes pour soigner ou qui ont des prémonitions, je me réjouis à l'avance ! Ces femmes étaient mal vues, rejetées par les villageois qui souvent les appelaient des sorcières. Ici, les quatre femmes d'une même famille Clara, Elsa , Onda et Fortuna ont toujours vécues isolées.
Fortuna la narratrice raconte l'histoire de sa famille et des dons qu'elles possèdent. Elsa et Onda ont ce pouvoir ou cette malédiction de rentrer en communication avec les morts. Elevée par sa grand-mère Elsa, Fortuna n'a pas eu la chance de connaître l'amour maternel.
Une part de surnaturel flotte dans ce roman et ce point ne m'a pas gênée. Au contraire, il instaure un ambiance un peu mystérieuse. Les relations mère-fille, la construction de soi avec l'héritage familial : ces thèmes présents dans ce livre me tiennent à coeur.
Mais, une certaine lenteur dans le rythme et une tristesse que très peu d'évènements viennent égayer m'ont éloignée petit à petit de l'histoire. Bref, j'ai eu l'impression d'être passée à côté de cette lecture et n'avoir pas pu m'attacher à aucun des personnages. 

Les billets de Nadael,  ValérieSéverineSylire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...