jeudi 14 août 2014

Maylis de Kerangal - Naissance d'un pont

Éditeur : Folio - Date de parution : 2012 - 330 pages lues en apnée! 

Quel bonheur de retrouver l'écriture sublime de Maylis de Kerangal découverte dans Réparer les vivants  avec de nouveaux espaces et la petite ville de Coca.
Son maire surnommé le Boa veut qu'elle soit connue tous et accessible enfin désenclavée de ce coin de Californie où elle jouxte la forêt. Et un projet fou par sa mesure, ambitieux par sa technicité : un pont suspendu qui surplombe le fleuve. "Il veut une oeuvre unique. (..) Le Boa se vit Médicis, prince mécène en cape de velours, s'en aima davantage, et loin d'en prendre ombrage, accepta qu'une gloire étrangère vienne prendre appui sur ses terres pour faire monter la sienne".

Un chantier titanesque qui avant de débuter propulse son écho, ses promesses de travail pour des hommes et des femmes. "Câbleurs, ferrailleurs, soudeurs, coffreurs, maçons, goudronneurs, grutiers,(...)" et d'autres professions variées qui suivent dans le flux “rôtisseurs de poulets, dentistes, psychologues, coiffeurs, pizzaiolos, prêteurs sur gages, prostituées, écrivains publics,  (...)” et le chef de chantier Diderot. Homme à qui la rumeur a inventé des passés multiples, homme "pluriel" mais toujours "prêt à tout pour remporter la prime".

Et ce pont va naître, prendre forme, commencer à s'élever dans les airs, modifier et s'inscrire petit à petit dans le paysage de Coca. Un chantier avec des imprévus mais il faut tenir les délais. Les gens qui y travaillent vivent au rythme de l'avancement ou des grèves, se côtoient, se frôlent ou réunissent leurs compétences, leurs solitudes, leurs projets de sabotage. Ce grand ouvrage suscite des oppositions de la part des écologistes alors que le maire ne veut pas céder.

De la construction ce pont et de sa fourmilière humaine, Maylis de Kerangal étend son écriture si singulière dotée d'un souffle puissant, musicale jouant dans des gammes rapides mais jamais pressées. Son écriture sublime, maîtrisée serpente entre les hommes et les machines.
Sur un thème aussi pointu avec son territoire lexical, de tout ce qui gravite autour de l'édifice de ce nouvel axe de transport et à l'ensemble des procédés techniques, sans oublier ses personnages et l'environnement,  on est enveloppé par l'énergie et les sentiments qui s'en dégagent.
Un roman lu en apnée totale qui m'a conquise et ébahie sur toute la ligne !  

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...