lundi 18 août 2014

Javier Cercas - A la vitesse de la lumière

Éditeur : Livre de poche - Traduit de l'espagnol par Elisabeth Beyer et Aleksandar Grujicic - Date de parution : 2010 (première parution : 2006) - 281 pages à lire !

Jamais je ne pensais avoir entre mains  un livre qui parle entre autres de la guerre de Vietnam,de la transformation qui s’est opérée chez certains soldats alors qu’ils combattaient et se prenaient pour Dieu en ayant cette possibilité de donner la mort, et surtout sur le sens et le pouvoir de littérature. Pourtant ce roman prenant et riche en émotions traite de ces thèmes par une écriture ô combien remarquable et par l’histoire de deux hommes.

Le narrateur, un étudiant espagnol,  a pour ambition de devenir écrivain. Par le plus grand des hasards, on lui propose un poste à l’université d’Urbana. Ainsi, il pourra enseigner sa langue et écrire. Et c’est dans le cadre de son travail qu’il rencontre Rodney Falk. Cet ancien combattant du Vietnam enseigne lui aussi l’espagnol. Peu bavard, Rodney Falk est solitaire, pourtant lui et le narrateur vont devenir amis. Mais Rodney disparaît sans prévenir son ami et sans avoir donné de raison à la faculté. Retourné en Espagne, le narrateur découvre la gloire liée à la publication de ses livres. Marié et père d’un enfant, il s’abandonne à une vie de vices .  Il faudra un drame personnel pour qu’il cherche  à voir de retour son ancien ami.

Alors qu’il était pacifiste, Rodney Falk s’est engagé. Il a côtoyé l’abominable, il s’est vu devenir un homme qui tue sans éprouver de remords. Pire, il y a pris du plaisir. Revenu au pays, il n’a plus trouvé la paix ( "En apparence, Rodney était certes revenu du Vietnam, mais c'était en réalité comme s'il s'y trouvait encore, ou comme s'il avait ramené le Vietnam chez lui"). Le narrateur lui a perdu sa famille, sa dignité à cause de l’ivresse du succès ( "j'aurais au moins dû prévoir que personne n'est vacciné contre le succès et que c'est qu'au moment de l'affronter qu'on comprend que c'est non seulement un malentendu  et la joyeuse insolence d'un jour, mais que ce malentendu et cette insolence sont humiliants; j'aurais aussi dû prévoir  qu'il était impossible de survivre avec dignité au succès, parce qu'il détruit tel un ivrogne la demeure de l'âme et qu'il est si beau qu'on découvre, même si on se leurre  avec des protestations d'orgueil et de démonstrations hygiéniques de cynisme, qu'en réalité on n'avait pas fait autre chose que de le chercher, de même qu'on découvre quand on l'a entre les mains et qu'il est trop tard pour le refuser, qu'il ne sert qu' à nous détruire et à détruire tout ce qui nous entoure. J'aurais dû le prévoir, mais je ne l'ai pas prévu. En conséquence , j'ai perdu tout respect pour la réalité; j'ai aussi perdu mon respect pour la littérature, la seule chose qui juqu'alors avait donné un sens ou une illusion à la réalité."). Deux vies qui ont plus d’un point de jonction, deux hommes qui saignent moralement.
En quête de rédemption, l’écriture qu’il a délaissée donnera au narrateur cette obligation morale d’écrire ce qui n’a pas été dit, ce qui ne se raconte pas.

La construction même du livre à la façon d’un puzzle, où la trame serpente entre passé et présent est magnétique tout comme l’écriture de Javier Cercas. Et la littérature, la vie, la mort, et comment ou pourquoi naît l’écriture et son pouvoir à façonner ou à rendre au plus juste la réalité, la culpabilité jaillissent de ce roman et se plantent en plein cœur.
Un livre tout simplement inoubliable…J’ai eu à de nombreuses reprises des poissons d’eau dans les yeux, le souffle coupé et j’ai relu des passages ou des pages entières tant ce livre m’a plus que remuée !

"Je mentirais sur tout, mais uniquement pour mieux dire la vérité.  Je lui ai expliqué : Ce sera un roman apocryphe, comme ma vie clandestine, un roman faux mais plus réel que s'il était vrai."

Les billets de ClaudiaLucia, Cathe, Papillon

9 commentaires:

Jostein a dit…

J'avais beaucoup aimé ce livre. C'est pourquoi j'ai sauté sur le dernier roman de l'auteur, Les lois de la frontière. Un roman dense et intèressant, lui aussi.

Clara a dit…

@ Jostein : tu me mets l'eau à la bouche!

papillon a dit…

Un très beau roman. Il faudrait que je relise cet auteur.

Clara a dit…

@ Papillon : oui , moi aussi!

Mango lila a dit…

Tiens: je note donc cet auteur que je ne connais pas!

Cristie a dit…

Que d'émotions à te lire, je vais le noter !

luocine a dit…

je viens , grâce à ton billet de le mettre sur ma liste
Luocine

zazy a dit…

un de plus sur ma liste

Flo o a dit…

Je découvre ton billet grâce à Marilyne et j'aurais pu écrire ton premier paragraphe : jamais je n'aurais pensé qu'un tel sujet pourrait m'emballer (d'ailleurs, je me demande comment j'en étais venu à l'emprunter à la bibliothèque) et j'ai absolument adoré. Des années après ma lecture, j'en garde un souvenir vivace.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...