jeudi 31 juillet 2014

Eric Fottorino - Chevrotine

Éditeur : Gallimard - Date de parution : Mai 2014 - 181 pages saisissantes ! 

Alcide Chapireau avait tout pour être heureux même s'il ne roulait pas sur l'or. Une vie simple avec sa femme Nélie et ses deux garçons. Mais la maladie a emporté trop vite et sans crier gare celle qu'il aimait. Devenu veuf, ce producteur et vendeur d'huitres sur la côte rochelaise rencontre Laura. Gaie, souriante, mère d'un garçon, elle souffle à nouveau le bonheur dans la vie de Chapireau. Tout pourrait laisser croire que cette façade dorée sera éternelle mais Laura  change petit à petit. Ou plutôt montre son vrai visage.

Manipulatrice et complexe, ange devenant sorcière, elle ne supporte plus les fils de Chapireau. Ce dernier croit encore à l'image d'une nouvelle famille  surtout que Laura lui a donné une fille. Il s'attache à cette pensée comme à une bouée de sauvetage. Mais ses fils partent en pension car il n'a pas su dire non à Laura. Des espoirs aux doutes, de l'éloignement de ses fils aux regrets, de l'amour  à la gangrène insidieuse distillée par Laura,  Chapireau homme malheureux se noie dans une situation de plus en plus invivable.

Le roman s'ouvre sur Chapireau vingt ans plus tard écrivant une lettre à sa fille où il avoue le meurtre de Laura. On découvre sa vie devenue un enfer, l'acte final qui l'aura plongé dans l'univers des damnés.
La tension qui se dégage de ce roman prend à la gorge. Sans se faire juge, Eric Fottorino nous plonge dans ce huis clos saisissant où  la relation père-enfants tient une place très importante. A lire !

Laura avait le secret du malheur parfait : ne jamais se sentir au bon endroit au bon moment avec la bonne personne.

Les billets de Micmelo (qui a aimé), d'Une Comète (qui a été déçue)

Lu de cet auteur : Caresse de rouge -L'homme qui m'aimait tout bas - Suite à un accident  grave de voyageur 

13 commentaires:

keisha a dit…

Aïe, Clara is back! Et très très tentatrice;.. Pfff!
Bisous.

Une Comete a dit…

Ce roman m'a beaucoup déçue ... Fade, sans aspérités, prévisible. Mais ce n'est que mon avis !

Aifelle a dit…

Entre ton billet et le commentaire de la Comète, on fait le grand écart !

Clara a dit…

@ keisha : vu le soleil, je crois que je vais être à nouveau en semi-présence...

@ une comète : il est prévisible sur un point car dès le départ on sait qu'il a tué Laura mais l'engrenage dans lequel il se retrouve est décrit pour moi de façon très fine et très psychologue !

@ Aifelle : et oui !

zarline a dit…

Effectivement, dur dur de se décider vu ton billet et le commentaire de Comète. Ayant très très moyennement apprécié L'homme qui m'aimait tout bas, je pencherais plutôt pour l'abstention mais je garde toutefois le titre dans un petit coin.

sylire a dit…

Ma bibliothécaire l'a beaucoup aimé également.

Noukette a dit…

J'ai failli me l'offrir à ma dernière virée en librairie, ce n'est que partie remise ! ;-)

Yv a dit…

Pas encore lu cet auteur dont j'entends beaucoup parler... Mais peut-être commencerai-je pas celui-ci

Laure a dit…

Ca me fait toujours plaisir de lire que quelqu'un a autant aimé un livre que moi :-)

Clara a dit…

@ Zarline : j'ai lu au début de mon blog "l'homme qui m'aimait tout bas" et j'vais eu des bémols..

@ Sylire : on a de chouettes bibliothécaires:)!

@ Noukette : yes!!!!

@ Yv : il faut que tu découvres cet auteur !

@ Laure : un auteur que j'ai eu la chance de rencontrer (en plus...!). C'est ton billet qui m' a décidée alors merci!

Irrégulière a dit…

Pourquoi pas, mais j'attendrai la sortie en poche...

Anonyme a dit…

Je lis tout et parfois un peu n'importe quoi,mais depuis longtemps je n'ai pris une claque comme "Chevrotine" la concision du texte n'a d'égal que la profondeur des sentiments. Un tableau psychologique sans suspense mais o combien envoûtant.

Midola a dit…

Eric Fottorino est l'un de mes auteurs favoris. Je compte bien lire celui-ci.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...