mardi 18 mars 2014

Annie Ernaux - Retour à Yvevot

Éditeur : Maudonduit - Date de parution : 2013 - 78 pages hérissées de marque-pages !

En octobre 2012, Annie Ernaux revient à Yvetot la ville qui l’a vu grandir pour y donner une conférence "En acceptant cette fois l’invitation de la municipalité, j’ai accepté en même temps de m’expliquer devant le public le plus concerné qui soit, celui des habitants d’Yvetot, et choisi d’évoquer ce lien qui unit ma mémoire de la ville et mon écriture". Car "Yvetot est le matériau fourni par la mémoire mais utilisé, transformé par l'écriture en quelque chose de général". Lors de cette conférence, Annie Ernaux revient sur la place importante de la lecture (durant sa jeunesse), de l’écriture et des différences entre les classes sociales. Le sentiment de honte éprouvé envers ses parents et  son milieu d’origine (où la culture était inexistante) est en filigrane et a été développé dans plusieurs de ses livres. Elle revient sur "le transfuge de classe" expliquant son cheminement entre la  langue apprise lors de ses études et celle refoulée. Des photos (celle du père d'Annie Ernaux posant en 1959 près de sa voiture  " on se fait photographier avec qu'on est fier de posséder " m'a rappelée des photos identiques vues dans des albums de famille) complètent ce livre ainsi qu'un entretien avec Marguerite Cornier.

Forcément, ce livre a résonné en moi car le sentiment de honte n’a que faire des générations. Et comme à chaque fois que je lis cette auteure, je me suis retrouvée...

"Retour à Yvetot" ne s’adresse pas qu’aux lecteurs avertis d'Annie Ernaux tout en éclairant un peu plus son oeuvre et son travail,  il ne peut que donner envie de découvrir cette grande dame de la littérature  !

Lire un livre d'Annie Ernaux, c'est bien souvent se reconnaître une partie de soi : une période, des usages, des mots et gestes de tous les jours, des idées ou des images entrevus il y a plus ou moins longtemps, des sentiments et peut-être des passions. C'est, en un mot, être renvoyé à sa propre mémoire, qu'on interroge alors, qu'on fouille, qu'on se réapproprie. En effet, il ne s'agit pas, dans cette œuvre autobiographique, d'une forme de complaisance à soi-même, mais de l'expérience qui fait la part de l'autre, qui se cherche et se retrouve à travers les événements de l'Histoire ou ceux de la vie quotidienne, les personnes croisées, rencontrées, aimées. Un monde, une époque se trouvent ainsi mis en mots, inscrits dans l’épaisseur du texte – monde sauvegardé et monde miroir pour les lecteurs, invités eux aussi, à faire acte de mémoire, retour sur eux-mêmes et sur leur vie.

Les billets de Dominique, Margotte, Mirontaine, Saxaoul

Lu de cette auteure : Ecrire la vie - L'autre fille - La femme gelée - La place - Les années
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...