lundi 4 novembre 2013

John Lanchester - Chers voisins


Éditeur : Plon - Traduit de l'anglais par Anouk Neuhoff avec la collaboration de Suzy Borello - Date de parution : Octobre 2013 - 567 pages efficaces et rythmées!

Décembre 2007, la rue de Pepys Road à Londres fait partie de l'un de cess quartiers dont la côté a grimpé en quelques années et où les maisons valent désormais des somme astronomiques. Pétunia y a vécu toute sa vie, âgée de quatre-vingt ans elle est la plus ancienne du quartier. Les habitants sont des traders de la City mais il y a aussi une épicerie tenue par une famille d’origine pakistanaise où les frères se relaient pour assurer les longues heures d’ouverture. Des épouses qui font du shopping pendant que les enfants sont gardés par des nourrices, des hommes qui roulent dans de grosses voitures. Cette vie de luxe où l’argent semble illimité est troublée par de mystérieuses cartes mentionnant "Nous voulons ce que vous avez".

Pepys Road n’abrite pas que des familles très aisées, elle voit aussi temporairement la contractuelle en situation irrégulière, des nourrices d’origine étrangères, le plâtrier d’origine polonaise qui rêve de retourner au pays une fois enrichi et elle accueille depuis peu jeune recrue du football venant du Sénégal. Une palette de personnages hauts en couleur qui représentent parfaitement Londres. Tous ont des espérances différentes et le message mystérieux va réveiller d’autres attentes plus profondes. Ce roman choral qui se déroule sur plusieurs mois nous plonge dans la vie des personnages avec des rebondissements inattendus.
Avec un humour diaboliquement ironique, sans temps mort et sous des aspects faussement légers, ce livre nous dépeint des vies personnelles chahutées par le destin. John Lanchester nous offre une vision réaliste de la société londonienne. On sourit mais on grince aussi des dents. Une lecture efficace, rythmée dont j’ai tourné les pages avec plaisir !

Le billet de Cathulu


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...