jeudi 14 juin 2012

Nathalie Léger - Supplément à la vie de Barbara Loden


Editeur : P.O.L. - Date de parution : Janvier 2012 - 150 pages sublimes !

Wanda est l'unique film réalisé par l’actrice Barbara Loden en 1970 est un fil qui relie plusieurs femmes. Barbara Loden deuxième épouse d'Elia Kazan y joue le rôle de Wanda dans ce film inspiré d'un fait réel. Wanda, une blonde oxygénée façon pin-up qui  un jour a abandonné mari et enfants et s'est retrouvée en pirson. Un parcours sans attaches comme une fuite, une  errance et elle se retrouve complice d’un braquage complètement désastreux qui tourne mal. Et il y a Nathalie Léger à qui son éditeur demande une notice du film. Trois femmes Wanda, Barbara et Nathalie Léger et trois vies qui se croisent.

Dès les premières lignes, j’ai su que j’allais aimer ce livre ! L’écriture m’a accrochée l’esprit et le cœur. Dire qu’il s’agit de l' histoire d’une femme qui raconte une femme qui a a réalisé un film sur une autre femme ne serait pas faux. Mais ce livre est bien plus. Avec une écriture singulière, très visuelle, parfaitement maîtrisée,  Nathalie Léger revient sur la vie de Barbara Loden. Née en 1932, à l’âge de 38 ans, elle réalise le film Wanda et y interprète le rôle de Wanda. C’est ce que la mémoire collective retiendra de cette vie fauchée par un cancer foudroyant dix plus tard. Pourquoi a-t-elle voulu jouer ce rôle ? « I was the best for it ». Barbara Loden trouvait en Wanda des points d’ancrage, des liens indescriptibles. A partir de documents et d’un voyage aux Etats-Unis, Nathalie Léger raconte, imagine Wanda et Barbara Loden. Le lecteur est à ses côtés.  Lorsqu'elle  décrit une scène de film, on visualise Barbara Loden en Wanda. Lascive, sensuelle et paumée, Wanda avait tiré une croix sur sa famille. Une femme énigmatique, troublante et fragile, en quête d’elle-même, d'un bonheur impossible ou consciente de sa solitude trompée par les hommes. Que cherchait Barbara Loden dans Wanda ?

A partir de ces deux femmes, Nathalie Léger sonde, explore et parvient à combler sa propre histoire. Qui d'ailleurs n’a jamais lu un livre (ou vu un film) et a été troublé par une attitude, un comportement qui l'a renvoyé à soi-même?

J’ai terminé ce livre magnifique les yeux remplis de poissons d'eau ! Il faut prendre le temps pour le lire car il s’agit d’un texte exigeant qui pourra dérouter certains par la mise en forme non linéaire, à la manière d’un kaléidoscope où trois vies se reflètent. Un roman où les références littéraires, cinématographique sont nombreuses.  

L'ensemble m'a conquise et touchée ! La sensibilité qui s'en dégage, le frôlement ou le chevauchement des existences, les quêtes de l'écrivain et ces femmes reliées sans le savoir...
(Et maintenant à vous de continuer « c’est une femme qui a lu un livre qui raconte… »)

Je m'essayais à toujours plus d'objectivité et de rigueur. Décrire, rien que décrire. L'état des choses saisi en un de moindres mots. Barbara, Wanda. S'y tenir.Viser au général et à lanodin.  Mais j'avais beau m'appliquer  chaque matin à la saine et bureaucratique impassibilité d'un rédacteur de notice, je me faisais toujours emporter par le sujet, effarée, effondrée de découvrir que tout avait commencé malgré moi et même sans moi dans le désordre et l'imperfection, l'inachèvement prévisible et l'incomplétude programmée.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...