vendredi 18 mai 2012

Blanche de Richemont - Manifeste vagabond


Éditeur : Plon - Date de parution : Mai 2012 - 124 pages magnifiques !

A trente-trois ans, je pose mes valises et m’interroge : cela fait des années que tu cours sur les routes après un sens ; existe-t-il ? Parviendras-tu encore à échapper à ton époque ou céderas-tu au désenchantement ? Partir encore. Mes longues marches dans le désert ont guéri des blessures mais le mot “ailleurs” est devenu une obsession. Comme si je ne pouvais jamais revenir. A chaque retour, il me faut de nouveaux rêves pour tenir. Le voyage est devenu un esclavage. Alors, j’ai compris qu’il devait servir une autre dimension : intérieure. Le véritable vagabond ne serait pas celui qui prend la route, mais celui qui part chercher son âme. Ces pages sont l’écho de cette quête.

J’ai lu puis relu ce livre en me demandant comment vous en parler car j'ai puisé de la force dans  les mots de Blanche de Richemont. A la base de ces voyages, il y un abîme de douleur. Le suicide son frère âgé de quinze ans. Une blessure béante, des questions et l’envie de partir ailleurs. Blanche de Richemont a d'abord voyagé dans le Sahara puis en Inde. Toujours avec modestie, pour apprendre et recevoir. Au Sahara, les heures de marche se sont succédées des jours durant, le corps épuisé, meurtri et le désert qui s’offrait  à sa vue à perte de vue. Après ce premier voyage, elle dit :
Je ne suis pas allée dans le désert pour guérir du deuil mais pour chercher un sens qui me permette de survivre. Je l’ai trouvé dans un retour aux sources. Cette vie simplifiée m’a rendue plus forte car elle m’a soumise aux lois de la terre et non à celle des hommes, toujours discutables. Aucune vérité humaine qui ne soit éternelle, aucune en laquelle je puisse croire désormais.

Les retours réclament des départs. Partir pour éviter l’amour, partir toujours pour cette  quête de la paix intérieure. La remise en question est toujours présente car « on ne fuit rien dans le désert. La route nous ramène toujours à nous-mêmes ».

Le récit est émaillé de citations de romanciers qui un jour ont tous pris la route Sylvain Tesson, Jünger, Kerouac donnant une portée riche de sens à la définition de la liberté. Le voyageur se fait éclaireur, libre physiquement et spirituellement mais toujours soumis à la nature.  De ses parcours, elle a découvert une autre vie. L’auteure ne se fait pas moralisatrice ou donneuse de leçons. Simplement et à son tour, elle nous transmet ce qu’elle a reçu et appris.

Une lecture en apnée totale, riche d'enseignement,  magnifique où l'humanité, la simplicité se déploient dans chaque ligne !
Avec des mots qui touchent le cœur et l'esprit, ce livre est une fenêtre ouverte sur nous-mêmes et sur les autres !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...