jeudi 29 mars 2012

Yasunari Kawabata - Les pissenlits


Éditeur : Albin Michel - Date de parution : Février 2012 - 246 pages

Ineko atteinte de cécité partielle est confiée à un hôpital psychiatrique. Cette étrange maladie l’empêche de voir des objets ou des parties du corps par moments. Sa mère et son amant Hisano l’y ont laissée et sur le chemin du retour, leur conversation les amène à aborder différents sujets.

Ce livre est un inachevé donc il ne faut pas s‘attendre à y trouver une fin en bon uniforme. Hisano ne peut regretter que la mère d’Ineko est choisi l’hôpital psychiatrique pour la soigner. Rempli de remords, il ne peut s’empêcher de penser qu’il aurait pu l’aider à guérir. Temporairement, certaines parties du corps de son amant deviennent invisibles aux yeux d’Ineko. L’établissement situé loin de la ville est réputé pours ses soins et sa tranquillité. Mais Hisano ne veut pas la laisser immédiatement et il propose à la mère d’Ineko de rester une nuit au village le plus proche. Tous deux parlent de la mort accidentelle du père d’Ineko survenue alors qu’elle était enfant et en sa pérsnece. Cette vision serait-elle à l’origine de sa cécité partielle? Et si le destin avait été autre, quel serait le présent aujourd’hui ? Sur le chemin qui les mène au village, tous deux sont victimes d’hallucinations comme l’avait été le père d’Ineko à la fin de la guerre. Il trouva la vie sauve grâce à la  vision d’une jeune fille. De questions en digressions, Hisano et la mère d’Ineko s’interrogent.

Dans une écriture elliptique qui fait appel aux sens, ce livre est une réflexion sur la mort, la folie et le conséquences des actes accomplis ou non. Si le rythme instaure une forme de tranquillité propice à la réflexion,  j'ai été néanmoins déconcertée par certains passages axés sur la philosophie métaphysique du qui suis-je dans ce monde et pourquoi... 


14 commentaires:

leiloona a dit…

Trop prise de tête peut-être pour moi. ;)

Clara a dit…

@ Leiloona : les questions pseudo métaphysiques me rebutent ! Pour une lecture sans prise de tête : à éviter...

keisha a dit…

De lui j'ai lu Pays de neige, il me manquait là aussi des connaissances pour apprécier. Déconcertant parfois.

Clara a dit…

@ Keisha : oui, déconcertant et laissant place à une moue dubitative par moments...

Aifelle a dit…

La littérature japonaise peut être assez hermétique par moment pour nos cerveaux occidentaux. Je préfère passer.

Hélène a dit…

J'aime beaucoup cet auteur, j'en ai lu quelques uns, (avant blog) je reconnais qu'il n'est pas toujours très facile d'accés...

Asphodèle a dit…

J'en ai lu il y a longtemps et je n'ai jamais eu envie d'y revenir, je crois savoir pourquoi ! C'est Kawabata...

Alex Mot-à-Mots a dit…

Tiens, tu ne donnes plus ton avis en même temps que le nombre de pages, pour celui-ci...

Manu a dit…

J'avoue que je ne comprends pas l'intérêt des romans inachevés. Je ne lirai donc pas celui-ci mais c'est un auteur qui me tente.

Jérôme a dit…

Comme leiloona, ce roman me semble bien trop prise de tête. si en plus c'est un texte inachevé, il n'a absolument rien pour me séduire.

Cynthia a dit…

Je ne connaissais pas celui-ci et je dois dire qu'il ne me tente pas trop (pour le côté métaphysique justement). En revanche, "Pays de neige" m'attend dans ma PAL !

Clara a dit…

@ Aifelle: oui ....

@ Hélène : comme j'ai aimé l'écriture, je relirai cet auteur !

@ Asphodèle : je n'ai pas choisi ( apparemment) l'auteur le plus simple !

@ Alex : histoire de rompre avec la routine... Un peu de fantaisie, fichtre !

@ Manu : on découvre qu'un auteur décédé avait commencé un livre et on le publie... l'aspect commercial/argent y est pour beaucoup, non ?

@ Jérôme : après qu'on n'aille pas dire que suis une tentatrice permanente !

@ Cynthia : je lis peu d'auteurs japonais mais son écriture est belle, très portée sur les sens !

Yv a dit…

J'aurais pu,et puis, j'ai préféré laisser tomber, j'ai sans doute bien fait

Clara a dit…

@ Yv : j'ai été un peu déconcertée ...

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...