jeudi 22 mars 2012

Russell Banks - Lointain souvenir de la peau


Éditeur : Actes Sud - Date de parution : Mars 2012 - 444 pages magistrales ! 

Calusa, Floride. Le Kid, vingt et un ans, vit sous une tente à côté d’autres sans abri sous le  viaduc Claybourne. Il s'agit d'un délinquant sexuel en  liberté conditionnelle. Fiché dans un registre national accessible à tous, il porte en permanence un bracelet électronique à la cheville et n’a pas le droit de se trouver  à moins de huit cent mètres de tout endroit qui accueille des enfants ( écoles, parcs, …) . Exclus, marginalisés, tous s’appellent par des surnoms comme le Véreux un ancien avocat arrivé fraîchement.  Le Kid se méfie de tout le monde et d’ailleurs chacun garde son histoire et son passé  pour lui. Quand  un éminent Professeur en sociologie s’intéresse à lui  pour une étude, il se montre réticent. Le  Kid a eu assez de  problèmes comme ça pour s‘en attirer plus. Mais le Professeur semble vraiment vouloir l’aider.  

Je ne sais pas si tous les romans de Russell Banks sont du même gabarit mais en tout cas, croyez-moi,  ce livre c’est vraiment quelque chose ! 
L’histoire du  Kid c'est d'abord une enfance solitaire, une mère plus occupée par ses amants de passage qu’à surveiller les activités de son enfant. Un gamin sans problème pourrait-on dire ayant pour compagnon et ami un iguane. En grandissant, il va tuer le temps en regardant des films pornos à longueur de journées sur internet. Voilà comment le Kid s’est retrouvé dans un cercle vicieux, un engrenage qui l’a conduit droit dans un piège tendu par la police. Inculpé pour détournement de mineur, le Kid n’a pas d’autre endroit où aller que ce coin abandonné sous le viaduc. Dans cet endroit, ses « voisins » sont  des délinquants sexuels de tous degrés. Lorsqu’un Professeur en sociologie, un génie reconnu, va à sa rencontre pour lui poser des questions, le Kid est sur ses gardes. Dans un premier temps, le Professeur apparaît comme un individu qui veut l’épauler pour  un avenir meilleur. Le Kid n’est pas foncièrement mauvais et il éprouve de la honte vis-à-vis de ses actes.  Il s'interroge, soupèse le bien et le mal. Deux notions omniprésentes qui reviennent dans différents contextes.
Mais tout n’est pas noir ou blanc. Ce serait trop simple.  Russell Banks  nous rappelle que les personnalités sont souvent bien  plus complexes.
Je n’en dirai pas plus sauf qu’il est impossible de lâcher ce livre hypnotique, dérangeant et brillant!

Avec intelligence,  l'auteur creuse et sonde au plus profond ses personnages ! Sans vouloir donner de leçons et avec  beaucoup d’humanité, il nous pousse à la réflexion sur les dérives et les contradictions d’une société où les libertés individuelles croisent l'exclusion.  
J’ai été touchée, remuée et interpellée par ce livre magistral  que je ne suis pas prête d’oublier !

Les secrets et les mensonges vous bouffent de l'intérieur jusqu'à ce qu'il ne vous reste  une peau mince et dure semblable à la coquille d'un de ces œufs dans lesquels on perce un petit trou pour les vider de leur contenu avant de les peindre pour Pâques. 

Le billet de Cuné ( merci!!!)
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...