lundi 7 novembre 2011

Valentine Goby - Banquises

Éditeur : Albin Michel - Date de parution : Août 2011 - 247 pages 

Vingt-huit ans après  la disparition de sa sœur Sarah, Lisa mère de famille part pour le Groenland. Elle avait quatorze ans quand Sarah âgée de  vingt-deux s’est envolée pour Uummannaq et n’est jamais revenue. Disparue mais majeure ont répondu les autorités  à ses parents. Depuis vingt-huit ans sa mère s’est figée dans un hypothétique moment au cas où Sarah reviendrait. Lorsque son père entame les démarches administratives pour que Sarah soit officiellement déclarée décédée, le passé ressurgit pour Lisa. Il lui faut suivre, marcher dans les pas de Sarah sur la banquise.

Si je m’étais perdue dans l’écriture de Qui touche à mon corps,je le tue ici l’écriture de Valentine Goby m’a accrochée ! Avec des phrases qui interpellent, des métaphores très belles , ce roman au style vif style est  sans temps mort. Comme s’il s’agissait d’une course après le temps.  Justement  les banquises fondent et Lisa, vingt-huit ans après la disparition de Sarah, éprouve ce besoin d’aller là où  sa sœur s’est rendue avant de disparaître. Sarah partie pour six semaines au Groenland n’est  jamais réapparue et n’a jamais donné aucun signe de vie à sa famille.  L’attente  a commencé à partir de ce jour, une attente de chaque instant qui a pris toute la place. Etouffant Lisa, empêchant le deuil. Mot tabou même en pensée car sa  mère espère encore et toujours.  Les souvenirs de  Lisa ponctuent  ce présent où le grand Nord se meurt, où les banquises disparaissent  entraînant avec elles  les populations locales. 

Dans ce livre,  où l’écriture imprime la rétine et l’esprit, le long quotidien de la famille de Sarah avec  son lot de doutes, d’espoirs et de sentiments inavouables raconté par Lisa m’a touchée. Une histoire criante de douleurs dans un contexte environnemental bien réel. Le décompte a commencé semble nous dire Valentine Goby, réveillons-nous, tout comme la mère de Sarah ne voulait pas que sa file tombe dans l’oubli.

Et puis, à la dernière page, j’ai eu cette impression que le voyage de Lisa n’était par totalement terminé et je suis restée un peu sur ma faim...
Mais, les émotions m'ont prises à la gorge et j'ai vraiment aimé l'écriture !

Vingt-huit ans plus tard, le poids du passé leste davantage encore l'idée de l'envol. Comme elle est pleine, Lisa, de son histoire. Comme elle la porte, l'a portée.Comme elle l'entrave; voyez-vous la voussure de ses épaules.  

Elle voudrait que Sarah se soit assise là. Elle y vient à toute heure, multipliant les chances d'une expérience commune à vingt-huit ans d'intervalle, une minute où se frôler sur le rivage, où la même lumière les saisit ensemble dans une photo jamais prise.

Les billets de Choco, Cuné, Gambadou et Yv


17 commentaires:

Aifelle a dit…

Il est à mon programme, j'attends qu'il soit disponible à la bibliothèque.

cathulu a dit…

Si tout le monde s'y met ...!:) Mais je resterai sage et l'attendrai en poche.

Yv a dit…

J'ai beaucoup aimé l'écriture. La direction du livre ne m'a pas vraiment emballé, mais il faut bien avouer que l'auteure à un talent certain

Gwenaelle a dit…

Il était dispo l'autre jour, à la médiathèque mais je ne sais pas - peur d'avoir froid? ;-) - je ne l'ai pas pris. La prochaine fois peut-être...

C. Sauvage a dit…

Un livre vraiment fort et une écriture magnifique. Beaucoup de chaleur dans ces "Banquises"...

Anne a dit…

J'ai commencé "Des corps en silence" (et j'ai aussi "Qui touche à mon corps je le tue). J'ai parlé un peu à Valentine Goby le 20 octobre, elle a la pêche, cette fille ! Malheureusement ma CB a accepté de fonctionner chez les libraires indépendants (qui vendaient d'autres auteurs) et pas au Furt qui vendait V. Goby (c'était peut-petre un signe en faveur de certains libraires...) Donc je n'ai pas emporté ce dernier livre, dont je suis contente de lire de lire ton avis positif, il m'attire aussi ! En plus, elle a changé d'édituer, c'était toute une aventure aussi.

Noukette a dit…

Zut ! je suis presque en train de regretter de ne ps l'avoir pris à la bibli quand je l'ai croisé ce week-end !

Kathel a dit…

La première fois que j'ai entendu parler de ce livre, j'ai trouvé le sujet de la disparition un peu rude, mais au fil des avis, j'ai vraiment envie de le lire et de découvrir l'écriture de Valentine Goby par la même occasion !

Thomas MyBOOX a dit…

Je me sens un peu comme Kathel.

Le sujet, à priori, me rebuterait en ce moment.

C. Sauvage y voit beaucoup de chaleur... Est-ce moins dur que je me le figure ?

Clara a dit…

@ Aifelle : la disparition de cette sœur, cette famille qui ne se relève pas et cette urgence d'aller sur ces banquises qui elles aussi disparaissent.. on lit ce livre en apnée. Et, il y a une tension à travers toutes ces pages. La douleur des parents et particulièrement celle de la mère sont effroyables !

@ Cathulu : il faut inverser les rôles de temps en temps:)!

@ Yv : à la lecture de ton billet, j'ai compris ce que tu reprochais à l'histoire mais cet aspect ne m'a pas dérangé. Quelle écriture en tout cas !

@ Gwen : frileuse, la miss:)?

@ C.Sauvage : j'ai noté et relevé des expressions magnifiques !!!Un écriture qui prend au corps!

@ Anne : j'espère qu'elle reviendra à Brest !

@ Noukette : allez, zou , à la biblio ! quelquefois j'ai l'impression de faire que des allers-retours maison avec les deux biblios sur la semaine! et si je mets les pieds chez Dialogues, je suis cuite..

mimi a dit…

Il est dans ma pile, dédicacé par l'auteur, fort sympathique avec ses lecteurs

Géraldine a dit…

Véronique Ovaldé a parlé de ce livre à rennes, puisque c'est elle qui s'occupe de cette auteure chez Albin Michel. J'ai bien envie de le lire un de ces 4 !

Clara a dit…

@ Kathel : ce livre est beau, dur, touchant et en même temps, il en ressort une beauté ! L'écriture de Valentine Goby explose, adoucit, joue avec les sentiments et les émotions !

@ Thomas : comme je le dis dans ma réponse à Kathel, il y une beauté dans ce livre.
L'écriture de l'auteure permet d'explorer les failles, la douleur de cette disparition mais il en(re)naît un amour et enfin cette paix intérieure. Un amour neuf, pur qui semblait dormir pendant toutes ces années...Il faut le lire!

@ Mimi: j'ai "raté" l'auteure l'année dernière ou l'année d'avant... et oui : pfouuu!

@ Géraldine : je l'ai appris grâce à toi !

L'or des chambres a dit…

Dans ma PAL depuis la lecture du billet de Choco, j'aimerais beaucoup le lire dans les deux mois qui suivent... Mais ma pile déborde...

antigone a dit…

Il est dans mes prévisions de lecture... mais ouh là là, quand ?! J'avais vraiment beaucoup beaucoup aimé "Qui touche à mon corps..."

Choco a dit…

Gros coup de coeur pour ma part, je suis contente que tu lui fasses un peu de pub ! :)

Clara a dit…

@ L'or des chambres : l'écriture de Valentine Goby est charnelle, très près du lecteur. Des phrases qui se lisent sans un souffle ou presque...

@ Antigine : j'avais aimé le thème mais moins l'écriture.

@ Choco : je lui demandais juste une ou deux pages supplémentaires, de ne pas me laisser aussi brutalement.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...