mercredi 13 juillet 2011

Katarina Mazetti - Le caveau de famille

Éditeur : Gaïa - Date de parution : Mars 2011- 238 pages

Pour ceux et celles  qui n’ont pas lu Le mec de la tombe d’à côté, le caveau de famille est  la suite. Quelques petits rappels : Désirée et Benny s’était rencontrés au cimetière. Benny est agriculteur et Désirée bibliothécaire. Tous deux étaient célibataires et Cupidon avait choisi de jouer les entremetteurs entre eux deux. Sauf que les histoires d’amour ne sont pas souvent simples. Entre les concessions à faire, des modes de vie à l’opposé, Désirée et Benny jouaient au chat et la souris.
Dans cette suite, Désirée dont les hormones la travaillent veut un enfant. Le principe est simple : ils couchent ensemble et ensuite on n’en parle plus. D’autant plus que Benny avait visiblement trouvé chaussure à son pied (ou à sa botte… jeu de mots complètement nul que  j’assume). Après un premier essai non concluant,  Désirée tombe enceinte et s’installe à  la ferme.
Et j’ai bondi à la lecture de ce livre ! J'avais apprécié Le mec de la tombe d’à côté mais là, j’ai eu l’impression que Désirée et Benny vivaient à une époque reculée. Quand Benny apprend que Désirée est enceinte, il s’imagine illico presto « mon fils sera agriculteur comme moi ». Vision complètement archaïque de nos jours ! Car Benny subit les difficultés du monde agricole expliquées tout au long du roman : travailler pour des rentrées d’argent réduites à peau de chagrin. Qui voudrait que son propre enfant trime ? Il faut m'expliquer. Et quand Désirée tombe enceinte de retour et ce par accident, j’ai encore bondi ! Soit elle n’a pas tout compris à comment on fait des bébés soit c’est de l’inconscience. Mais, cependant, j’ai poursuivi ma lecture car mine de rien, je voulais savoir sur quel final ce roman allait déboucher. Certains questionnements sont intéressants : comment mener de front vie active et enfants, la place de la femme au sein du couple.  
L’écriture de Katarina Mazetti est toujours agréable et je pensais  que Désirée allait prendre la poudre d’escampette mais je me suis trompée. Si vous voulez savoir pourquoi j’ai si souvent bondi, faites-vous votre propre avis…
Au final, j’ai trouvé assez invraisemblable cette suite. Certaines situations m’ont fait sourire mais la mayonnaise n’a pas prise cette fois...
Le billet de Theoma qui renvoie à d'autres.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...