dimanche 23 mai 2010

Didier Goupil - Femme du monde




Avant toute chose, Madame boit du thé dans son lit. Bien plus qu'une nécessité, c'est devenue une volupté.
Madame fond avec les sels de son bain.
Madame accompagne ses robes d'après-midi de longs gants à boutons, et d'un grand et candide chapeau d'organdi.


Les premières pages de ce livre sont dédiées à Madame. Des demi-mots, des phrases courtes mais travaillées pour décrire la nonchalance et de l'élégance de Madame. Au début, je m'étais imaginée une femme grande, mince. Une femme au port altier qui accomplit ses gestes avec une grâce infinie et dotée d'une élégance innée. Une femme qui a de l'argent, une femme du monde, lasse de fréquenter les soirées et les réceptions.


La famille de Monsieur faisait dans l'argenterie. Monsieur, lui dans la jeunesse dorée.
Monsieur ne comprenait pas que Madame aime poser pour des peintres immigrés.
Monsieur et ses cigares.


On apprend que Monsieur et Madame n'étaient pas si heureux qu'il en avaient l'air. Monsieur avait des points de vue sur le Monde...

Puis la guerre. Madame ne la vivra pas en sacrifiant quelques bijoux ou richesse ... Madame va payer de sa personne.

Je n'en dirais pas plus... on apprend ce qu'il arrive à Madame et on comprend beaucoup de choses.Certes, Madame est une femme du monde mais elle porte en elle un lourd passé.

Le style épuré, l'écriture de l'auteur m'ont immergée dans l'ambiance.

Je n'ai pas lu ce livre non je l'ai délecté... un portait de femme très beau et très touchant. L'image de Madame m'habite encore et j'ai l'impression qu'un peu de sa grâce distillée, flotte dans l'air. Si je croisais Madame, je baisserais la tête par respect car son élégance lui sert de carapace.

Un livre à lire et dont il faut savourer l'écriture.


Merci à Anne-Sophie et à Cynthia pour ce double livre voyageur.
D'autres avis : Pimprenelle, Lily.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...